5.JPG

Carole PRALONG

Novo Western

Ma famille a fui l'italie en 1936 lorsque les fascites sont arrivés au pouvoir.

La méditerranée était notre eldorado, enfant je traversais l'Espagne et l'Italie pendant les grandes vacances, et j'adorais cette mer bleue, l'Odyssée et Ulysse, les rivages et les côtes escarpées, la montagne aride qui tombe dans la mer, la beauté.

Puis, soudain les yeux du monde se sont braqués sur ma mer, l'empire de mes rêves et de la beauté devenait le territoire même de la crise et puis il y eu les images des corps disloqués sur la plage, les naufragés.

Mais comment parler d'un sujet aussi grave sans tomber dans le misérabilisme, afin que ceux qui regardent, saturés d'images des restes du monde, s'intéressent au sujet?

J'ai choisi d'utiliser l'humour, et également d'inventer, à partir des nombreuses images capturées, des fictions individuelles. Je travaille sur ce qui se cache sous l'apparente beauté des choses, ce qui m'intéresse est qu'il demeure toujours plusieurs lectures possibles, plusieurs calques de compréhension des images.

La méditéranée, terre de tous les constrastes me donnent tant de matiére pour travailler cet aspect.

Carole Pralong, architecte et autrice de fiction travaille sur ce que Foucault nomme « les hétérotopies de crise » : détérritorialisation / re territorialisation / création de nouveaux espaces à habiter pour le corps, la langue, la pensée.

Elle pratique la street photography et la photogra­phie de composition. Dans l’agencement des différentes séries, elle cherche l’apparition des catégories du drôle, de l’incongru, du frais, du fantastique, de l’effroyable, du sublime.

http//:www.flickr.com/photos/eliseblanchard