ELISABETH JOSE ALMENDRA - Au train où vont les choses

 

 

Cette série d’images a commencé lors d’un trajet en train. Le wagon dans lequel je suis installée, assise côté fenêtre, est peu fréquenté. Les personnes qui m’entourent sont concentrées sur un écran lumineux. Elles sont branchées un « fil à l’oreille », à leur IPHONE, à leur IPAD, leur Smartphone, leur tablette…

Mon œil est attiré par une lumière qui traverse la fenêtre. Je perçois à l’extérieur, une image furtive. Je prends mon appareil photo, je cherche à travers la vitre ce cadre qui me fait l’effet d’un tableau en trois dimensions : la vitre, le cadre, le reflet qui défile à l’intérieur. La superposition des paysages, des éléments se mélangent s’emboîtent les uns dans les autres de manière aléatoire. J’utilise tout ce qui bouge à l’intérieur et l’extérieur du train : reflets des voyageurs, des sièges, du paysage, moi-même.
La naissance de ces images aléatoires, est un appel à l'imaginaire, une invitation à voir autrement ce qui nous entoure. Elles sont accompagnées d'un texte écrit par Sophie JAUSSERAND, en écho à ces frêles apparitions, ces tableaux éphémères qui filent à la vitesse du train.